Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce modeste blog traite d'un village lorrain, au vrai caractère et au cachet marqué : CHARMES-LA-CÔTE (Meurthe-et-Moselle, Lorraine, France). Son territoire est observé par un historien, mais aussi un CARPINIEN sous le charme, qui l'aime et souhaiterait le partager ! Les domaines abordés sont : l'histoire, la géologie, la paléontologie, l'archéologie, la généalogie, la géographie, l'ethnologie, la botanique, la zoologie, le patrimoine, la création artistique, l'actualité, la cuture d'une manière générale... J'essaierai également de vous présenter mes diverses collections d'objets en rapport avec Charmes-la-Côte : l'exposition est à visiter dans la catégorie « Mon Petit Musée »...

27 Jul

XXe siècle...

Publié par Vincent LAMARQUE  - Catégories :  #Histoire, #Art, #Personnalité, #Politique

Jean Migot et la Bichon...

 

 

Merci à Simone Stirchler-Migot de nous faire parvenir du passé un témoignage si émouvant et bouleversant sur l'histoire du village de Charmes-la-Côte au XXe siècle. Il est question d'un poème écrit par son père, Jean Migot, maire de mars 1959 à mars 1965, un héritage inestimable à pérenniser !

 

 

Si vous venez à Charmes-la-Côte dans le Toulois, vous verrez à côté de l'église la mairie école surmontée d'un petit clocheton sous lequel se trouve une petite cloche... Elle m'est apparue en rêve et m'a raconté son histoire...

 

 

La Bichon

 

Je suis née à Nancy

Du temps de Jules Ferry

L'école obligatoire

Me rendit vite notoire

J'appelais les enfants à l'école du matin

Pour qu'ils deviennent plus tard de loyaux citoyens

Du haut de mon perchoir

J'entendais et je pouvais tout voir

Depuis au « Montignon »

Jusqu'au bout de la « Queue de Mont »

Du fin fond des « Troussoirs »

Au lieu dit « Les Terres Noires »

De la colline de Sion

À la côte de Mousson

Je voyais le laboureur traçant droit le sillon

Qui préparait ainsi de si belles moissons

Le bruit des sécateurs emplissait mes oreilles

Ce qui présageait de belles grappes vermeilles

J'admirais ces cuvelles toutes remplies de grappes d'or

Suivies des vendangeurs que le vin rendait fort

J'entendais des lavoirs

Monter le bruit des battoirs

Les langues allaient bon train

C'est que tout allait bien

Ainsi s'écoulait une vie douce et paisible

Dans ce village tranquille où tout était possible

Au cours de ma longue vie j'ai vu beaucoup de bonheur

Mais hélas aussi beaucoup de malheur

Lorsque à mes côtés le gros bourdon tintait

Je pleurais silencieuse le défunt qui partait

Et puis pourquoi faut-il que sur la terre

Refleurisse toujours le spectre de la guerre

Devant moi s'étendait la bataille

Et les hommes tombèrent comme des fétus de paille

Oh combien de ces jeunes hommes que j'avais tant connus

Partis sur les frontières ne sont jamais revenus

Puis aux jours de tristesse

Succéda l'allégresse

Mais d'une paix si précaire on sentait la faiblesse

La vie du village reprenait pourtant

Mais rien n'était comme avant

La vigne si longtemps bien soignée se mourait

Trop de vide dans le village les bons bras manquaient

Dans mon grenier où je fus reléguée

La vie ne me parvenait plus que trop étouffée

Puis une fois encore la guerre était là tapant à la frontière

Prise de peur à mon tour je me couvris de poussière

Car devenir prise de guerre par ces bandits de Teutons

Ne me disait rien qui vaille pour devenir un canon

La guerre terminée je repris de l'espoir

Espérant bien qu'un jour on viendrait me revoir

Enfin j'entendis monter dans les escaliers

De bons bras bien solides me sortirent du grenier

Ils furent si heureux de m'entendre chanter

Qu'ils décidèrent tous trois de vouloir m'astiquer

Et avec mes bras tout neufs, pomponnée, bichonnée

Je repris ma place et me mis à chanter dans de belles envolées

Du haut de ce village si joliment perché

Regardant ces champs si longtemps délaissés

Pensant au passé j'aimerais revoir enfin

Renaître toutes ces belles vignes d'antan, productrices de bon vin.

 

Jean Migot.

 

 

-------

Carpinien

 

 

Allez à la table des matières !

Commenter cet article
M
Joli poeme. Je ne savais pas que min grand pere paternel avait ecrit ceci ! Breve nostalgie.
Répondre
C
Jean Migot, vigneron, aimait son terroir, son territoire ! Sans doute se battait-il pour le patrimoine de Charmes-la-Côte...

À propos

Ce modeste blog traite d'un village lorrain, au vrai caractère et au cachet marqué : CHARMES-LA-CÔTE (Meurthe-et-Moselle, Lorraine, France). Son territoire est observé par un historien, mais aussi un CARPINIEN sous le charme, qui l'aime et souhaiterait le partager ! Les domaines abordés sont : l'histoire, la géologie, la paléontologie, l'archéologie, la généalogie, la géographie, l'ethnologie, la botanique, la zoologie, le patrimoine, la création artistique, l'actualité, la cuture d'une manière générale... J'essaierai également de vous présenter mes diverses collections d'objets en rapport avec Charmes-la-Côte : l'exposition est à visiter dans la catégorie « Mon Petit Musée »...